L’Analyse du mois de Florence Maisel – Décembre 2015

La première partie du mois de décembre a marqué une forme de réconfort pour le Gouvernement. À peine quelques semaines après les tragiques attentats du 13 novembre, la diplomatie française a été unanimement saluée dans le monde après qu’elle ait obtenu in extremis la signature d’un accord historique sur le climat lors de la COP 21.

La première partie du mois de décembre a marqué une forme de réconfort pour le Gouvernement. À peine quelques semaines après les tragiques attentats du 13 novembre, la diplomatie française a été unanimement saluée dans le monde après qu’elle ait obtenu in extremis la signature d’un accord historique sur le climat lors de la COP 21. Même si les ONG restent mesurées sur le fond et considèrent que l’accord n’est qu’un point de départ, elles ont rendu hommage au « chef d’œuvre diplomatique », ainsi qu’au « doigté et à la finesse » de Laurent Fabius et de son équipe.

Dans le même temps, les élections régionales qui étaient annoncées comme un désastre à venir pour la gauche, lui ont finalement permis de conserver cinq régions contre sept pour la droite républicaine. Le premier tour des élections avait été marqué par une percée historique du Front National, qui était arrivé en tête dans six régions de métropole et avait pu se maintenir dans la totalité d’entre elles. Pour faire barrage au Front National, le parti socialiste avait retiré ses listes dans les régions Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d’Azur. La stratégie du front républicain et le sursaut exceptionnel de mobilisation entre les deux tours a joué contre le Front National, qui n’a finalement remporté aucune présidence de région.

Mais alors que François Hollande aurait pu tirer profit de cette séquence favorable et d’une popularité en hausse depuis les attentats, il a suscité une violente contestation au sein de sa majorité et même de son Gouvernement en restant intransigeant sur la question de la déchéance de nationalité . À seize mois des prochaines présidentielles, et tandis que François Hollande espérait redevenir le candidat naturel de son camp en 2017, il voit le ciel s’assombrir à nouveau dangereusement. Pour éviter une nouvelle confrontation avec sa majorité, le Président pourrait décider de ne pas envoyer Emmanuel Macron au feu avec sa « loi Macron 2 sur les nouvelles opportunités économiques », mais d’en répartir certaines mesures dans la réforme du code du travail porté par Myriam El Khomri ou dans la loi de Finances.

La grande priorité pour 2016 restera la lutte contre le chômage, qui atteint 10.2% de la population active au 3ème trimestre, ce qui est le niveau le plus élevé depuis près de 20 ans. François Hollande a parlé « d’état d’urgence économique et social » lors de ses vœux et annoncé un plan de formation de 500.000 demandeurs d’emploi dont les détails seront présentés dans le courant du mois de janvier.

Author

Florence Maisel

Managing Partner, France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *