L’Analyse du mois de Florence Maisel – Novembre 2014

Le mois de novembre a marqué la mi-mandat.

En cette période de bilan, une large majorité de français (67%) - quelle que soit la tranche d’âge ou la catégorie socio-professionnelle considérée - estime que la politique menée par le président de la République a eu des effets négatifs pour la France[1], ce qui semble indiquer que François Hollande ne pourra plus s’appuyer sur aucune catégorie de la population pour mener à bien son action ou défendre ses réformes.

Lors de son intervention télévisée, peu d’annonces ont été faites, hormis celle qu’il n’y aurait « pas d’impôts supplémentaires sur qui que soit, à partir de l’année prochaine ». Mais cette promesse[2] a dû être diplomatiquement nuancée par le Ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, et le secrétaire d’État au budget Christian Eckert, au moment  même où étaient discutés au Parlement les projets de budget de l’État, de la Sécurité Sociale et le budget rectificatif, qui contiennent à la fois des impôts nouveaux et des augmentations nouvelles.

Quelques épisodes navrants ont à nouveau émaillé le mois : ce qu’on a appelé l’affaire « Jouyet-Fillon » a défrayé la chronique médiatique pendant quelques jours, avant que le relais ne soit pris par l’activité promotionnelle de l’ex-compagne du Président en Angleterre et en Italie. Le secrétaire d’État aux anciens combattants, Kader Arif, a dû démissionner du gouvernement suite à des soupçons de favoritisme pour l’attribution de marchés publics.

La Commission européenne n’a finalement pas sanctionné la France sur son budget, mais lui a accordé un répit de 3 mois, considérant qu’il était nécessaire de prendre des mesures supplémentaires pour assurer le retour à un déficit conforme au pacte de stabilité, et d’accélérer les réformes structurelles.

La croissance ne sera finalement que de 0.4% en 2014. Le chômage continue à augmenter[3] pour atteindre un niveau record.  Sur les 12 derniers mois, la hausse aura été de 5.5%.

Un an avant la tenue à Paris de la Conférence Internationale sur le Climat (COP21), le climat a été déclaré « grande cause nationale » à l’occasion de la 3ème conférence environnementale.

La France comptera désormais 13 régions au lieu de 22, à l’issue du vote en seconde lecture à l’Assemblée de la loi sur la réforme territoriale .



[1] Sondage CSA pour « les Échos »

[2] Qu’il avait d’ailleurs déjà faite à deux précédentes reprises en mars et en août 2013

[3] + 28.400 chômeurs ce mois-ci soit une hausse de 0.8%

Author

Florence Maisel

Managing Partner, France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *