L’Analyse du mois de Florence Maisel – Janvier 2015

Les attaques terroristes perpétrées par trois djihadistes au début du mois, et qui ont fait 17 victimes – 11 chez Charlie Hebdo, 2 policiers et 4 clients d’un magasin casher - ont créé une véritable onde de choc en France mais également dans le reste du monde.

La marche républicaine organisée le 11 janvier à Paris, à laquelle ont assisté 45 chefs d’État étrangers à l’invitation de François Hollande, et les innombrables manifestations silencieuses qui ont eu lieu dans toute la France, ont mis plus de 4 millions de personnes dans la rue, dans une ambiance d’unité nationale. « L’esprit du 11 janvier » a continué à se manifester à l’Assemblée Nationale deux jours plus tard, où après la minute de silence observée par les députés, et la Marseillaise chantée à l’unisson par les élus pour la première fois depuis près d’un siècle, Manuel Valls a prononcé un discours qui a été ovationné à droite comme à gauche.

La publication une semaine après la tuerie de Charlie Hebdo du numéro dit « des survivants » – tiré à plus de 7 millions d’exemplaires et traduit en 16 langues – avec une caricature du prophète Mahomet en couverture, a provoqué de violentes manifestations dans de nombreux pays musulmans, où les slogans « À bas Charlie Hebdo » et « Mort à la France » ont été scandés.

Après la phase d’émotion et d’hommages rendus aux victimes, les interrogations se font jour sur les raisons qui ont conduit à cette série d’évènements tragiques et sur les moyens à mettre en œuvre pour endiguer la menace djihadiste en France.    

La façon dont le Président de la République a fait face à cette crise lui a valu un regain spectaculaire de popularité, qui a enregistré une progression allant jusqu’à 21 points dans certains sondages[1].  Au plan international, la stature du Président est également sortie renforcée de cet épisode, y compris auprès des milieux d’affaires, comme on a pu l’observer au forum économique mondial de Davos.

La vie politique a fini par reprendre son cours normal. Lors des nombreuses cérémonies de vœux qui ont émaillé le mois de janvier, François Hollande, fort de sa nouvelle légitimité, a mis la pression sur les partenaires sociaux pour qu’ils aboutissent à un accord sur le dialogue social ou a annoncé un renforcement de la transparence dans la vie publique. Au Parlement, l’examen du projet de loi Macron a démarré, suscitant la mobilisation très active de certaines professions réglementées.

La chute du prix du pétrole, le recul de l’euro et le repli des taux d’intérêt ne parviennent toujours pas à faire repartir la croissance de façon significative. La France n’a jamais compté autant de chômeurs (3.5 millions en 2014), et selon les économistes cette hausse devrait se poursuivre sur 2015.



[1] Dans celui de l’Ifop-Fiducial pour Paris-Match et Sud Radio, qui a mesuré 40% de popularité pour le chef de l’État. Dans le sondage qui nous sert habituellement de repère (Ifop pour le JDD), la cote du Président a progressé de 12 points, pour un total de 29% d’opinions favorables.

Author

Florence Maisel

Managing Partner, France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *